Chevre3

Chères marraines,

Depuis un an, vos petites chèvres gambadent alertement dans la savane autour du village de Guilliki, elles ont survécu à la crise alimentaire de la période de soudure, elles ont mis bas, elles ont donné du bon lait ; elles sont choyées par les femmes et adorées par les enfants qui s’amusent avec elles, tout en les protégeant. 

Des responsabilités bien partagées tout le long du projet avec :

Le vétérinaire qui a déparasité, vacciné, marqué les chèvres et conseillé, éduqué et formé les bergères.

L’ANPDDF et en particulier Haoua Afagnibo Diallo, la présidente qui  pendant  la famine, quotidiennement, à accompagné psychologiquement les femmes qui n’arrivaient même pas à se nourrir convenablement en encourageant celles-ci  à ne pas désespérer et pour qu’elles continuent  à nourrir les animaux même si elles devaient  diminuer leur ration.

Le chef du village Douraman Gerba, très investi qui a vraiment soutenu cette initiative. 

Notre projet s’est parfaitement réalisé et il arrive à son terme.

62 femmes ont reçu 124 chèvres en février 2012 ! A ce jour : 132 femmes bénéficient du projet et 158 chèvres  sont bien vivantes !

Les bergères :

  • ont  augmenté leur  pouvoir d’achat de plus de 60%.
  • épargnent mensuellement 2000 F CFA soit 3 €. (avant le projet 1.80€/mois pour vivre !)
  • ont procuré une couverture alimentaire complète et diversifiée à leur famille et en particulier aux enfants durant la période de famine.
  • traient  les chèvres une fois qu’elles mettent bas.
  • savent extraire le beurre du lait de chèvre qu’elles consomment
  • savent fabriquer du savon traditionnel à base de beurre du lait de chèvre, qu’elles consomment et/ou qu’elles vendent.

 

Une jeune femme de la coopérative avait conclu ainsi une des réunions de préparation:


« Avec ce projet, si tu as la chance tu sors de la pauvreté »

ChevreB

Le relais est passé, les bergères sont autonomes, Femmes France-Niger peut se retirer avec la grande satisfaction d’une vraie réussite.

Grâce à vos petites chèvres, tout un groupe de femmes a retrouvé dignité, espérance et bien être.

La communauté villageoise,  à maintes reprises  m’a  stipulé avec insistance, de remercier  les marraines françaises et allemandes pour ce  projet original qui a réellement enthousiasmé toutes les villageoises de Guilliki.

chevreC